Quelle meilleure perspective que celle du ciel pour découvrir sous un nouvel angle notre territoire ? L’équipe CALQ est partie à la rencontre de Jean-Marc Guérin, Président de l’association Montgolfière en Velay et organisateur du Rassemblement international de montgolfières qui a lieu chaque année en Haute-Loire.
Depuis le premier vol effectué en 1783, avec à son bord Pilatre de Rozier et le marquis d’Arlandes, et autorisé par le roi suite aux insistances de la duchesse de Polignac, la pratique de la Montgolfière a bien évolué. Les airs sont devenus un nouvel espace à conquérir pour les plus fins aéronautes.
Aujourd’hui, la géométrie des champs et des routes de notre beau territoire, et les courbes de ses reliefs, se dessinent et s’apprécient toujours depuis le ciel ! C’est ce qu’un vol en montgolfière nous donne à découvrir, au fur et à mesure que l’altitude monte, monte, monte…

 

Passionné d’aéronautique depuis toujours, Jean-Marc est très tôt initié par son oncle lors de vols en avion. Mais c’est durant l’année 1983 qu’a lieu le véritable déclic lorsqu’il assiste au premier rassemblement international de montgolfières en Haute-Loire. L’aérostation – être en équilibre, suspendu dans l’air – n’aura bientôt plus de secret pour lui.

Peu de temps après, Jean-Marc décide en effet de  passer le brevet de pilote de ballon libre à air chaud. Afin de comptabiliser à son actif les 20 heures de vol nécessaires pour passer ce brevet, il profite des conditions météorologiques favorables qu’offre notre département et en découvre alors tous les paysages.

Son attachement pour le vol en montgolfière ne fait que se renforcer, malgré toute la logistique nécessaire pour organiser et effectuer un seul décollage.

En effet, une heure d’escapade nécessite une disponibilité totale de 4 heures. Planifier et choisir le lieu de décollage, acheminer le matériel, gonfler, puis dégonfler le ballon après le vol, ranger la nacelle…. Voler en montgolfière ne s’improvise pas sur un coup de tête !

Une fois son brevet de pilote en poche, Jean-Marc n’a qu’un seul but : voler le plus possible. Au fur et à mesure de ses excursions et de ses voyages, il noue de nombreux contacts parmi les aéronautes. Puis… enfin ! Jean-Marc acquiert son tout premier ballon d’occasion ! Voyageur solitaire, il aime partager aussi cette passion avec sa fille, âgée alors de 10 ans, et aujourd’hui c’est au tour de ses petits enfants de prendre place à bord de son ballon.

 

Jean-Marc débute sa carrière en survolant régulièrement les Volcans d’Auvergne puis au fil du temps et des expériences, devient l’un des pilotes les plus aguerris au monde. Véritable aventurier, il ne demande que très peu d’aide pour des vols parfois périlleux. Et quand Jean-Marc n’a pas d’équipier pour le suivre en voiture, qu’à cela ne tienne, rentrer chez lui en stop ne l’effraie pas ! L’important n’est pas la destination, mais bien le voyage… !

 

Avec pas moins 3 500 heures de vols à son compteur, 5 continents survolés et un vol d’une durée de 7 heures, en partance de Vulcania (63) jusqu’au pied du Mont Aigoual dans le Gard (30), Jean-Marc détient également le record d’altitude atteint en ballon à air chaud : 7 060 mètres, rien que ça ! Pour boucler cet impressionnant palmarès, pourquoi ne pas participer au record du monde pour la traversée de la manche ? Oui, Jean-Marc l’a fait, et s’est vu décerné le Silver Badge par la Fédération Aéronautique Internationale. 

Du Brésil en passant par le Kenya ou encore l’Inde… ainsi que tous les pays d’Europe, Jean-Marc a effectué des vols aux quatre coins du monde. Parmi toutes ces destinations, sa préférée reste la Birmanie, pays d’où il a décollé plus d’une centaine de fois déjà, toujours avec la même émotion. Jean-Marc est en adoration face aux paysages à couper le souffle de cette région, et surtout face à l’extrême gentillesse des gens qu’il rencontre.

La tête pleine de souvenirs, il évoque aussi son ami suédois Christian Rylander et leurs vols inoubliables en Arctique. Dans ces conditions extrêmes, l’organisation d’un vol en montgolfières est bien différent. Par -35°C, le gaz doit être combiné à de l’azote afin de ne pas geler, et les départs et les récupérations après atterrissage sont assurés en scooter des neiges… On ne peut plus dépaysant !

Chaque vol laisse dans l’esprit de Jean-Marc un souvenir impérissable… Là, au bout du monde, le calme et l’immobilité des paysages gelés ne sont troublés que par le passage des ours polaires, des rennes et des élans.

Parallèlement, à sa découverte du monde en ballon, Jean-Marc a créé en 1997 l’association Montgolfière en Velay, qui rassemble aujourd’hui parmi ses membres des pilotes et des équipiers, chacun spécialisé dans son domaine : entretien du matériel, transport, pilotage, instruction, etc.

 

Chaque année au mois de novembre l’association organise en Haute-Loire le rassemblement international de montgolfières. La 37ème édition organisée en 2019 a permis de rassembler dans les airs 40 montgolfières, dirigées par des pilotes originaires des quatre coins du monde et rencontrés lors de divers championnats en France ou à l’étranger.

Les décollages s’effectuent sur dix sites homologués et le lieu est connu une heure à l’avance. La décision est prise de manière collégiale par Jean-Marc Guérin, Président de l’association, ainsi que deux directeurs des vols et deux prévisionnistes de Météo France. Pour les pilotes, tout est une question d’adaptation. Habitués aux conditions de vol de leurs régions respectives, les aéronautes s’adaptent ce jour là aux conditions altiligériennes et notamment à la direction des vents qui ne sont pas les mêmes d’un hémisphère à un autre.

 

Et puis une fois le décollage effectué, la magie commence… Depuis la terre ferme, les couleurs des montgolfières dessinent un tableau en constante évolution. Là-haut, depuis le ciel, la Haute-Loire devient le terrain de jeu de dizaines de pilotes aguerris qui en découvrent toute la beauté.

©Photographies : Thibault Pinguet, Ch. Colombat, M. Vidal.