CALQ à rendez vous au 1 place du Clauzel, dans le centre du Puy en Velay, à la rencontre de l’architecte David Fargette et de ses collaborateurs : Delphine Peyre, Vanessa Dessimond, et Nicolas Perre.

L’agence

Entourés de planches de présentation de projets divers et variés, nous découvrons au fur et à mesure de notre interview les travaux de cette agence 100% ponote, et écoutons avec attention le parcours de son créateur.
Après avoir fait ses études à l’école d’architecture de Lyon, dont il sort diplômé en 2000, David Fargette revient naturellement s’installer sur le bassin du Puy-en-Velay, où il travaille en tant que salarié dans un cabinet d’architecture.
Architectes de père en fils, il reprend en 2007 l’atelier paternel.
Il nous raconte son apprentissage du métier, et évoque le sourire aux lèvres une année passée en République Tchèque, avant l’obtention de son diplôme. Là-bas, il étudie l’architecture classique et moderne : « J’ai plein de bons souvenirs de cette année à Prague. C’est une ville pleine d’inspirations, d’expérimentation de l’architecture moderne avant, pendant, et post-corbusier ».

Inspirations

Ce voyage a forgé la personnalité des travaux de David, qui conserve, tout comme ses collaborateurs, un style minimaliste. Se retrouvent dans leurs références – qui sont aussi bien des logements individuels, des bâtiments tertiaires, que des commandes publiques – des lignes franches et épurées, mais aussi l’utilisation de matériaux simples comme le béton, le bois et le métal. « Comme tout architecte, on s’inspire des grands noms de nos époques et ceux qui ont marqué l’architecture : les post-modernistes, les modernes et des nouveaux comme Jean Nouvel ou Zaha Hadid. Mais c’est surtout le travail du Corbusier qui reste une de nos influences les plus fortes”.
Pour chaque projet, l’atelier d’architecture prend soigneusement en compte chaque paramètre et chaque contrainte attachée aux projet, afin d’élaborer, puis de faire sortir de terre, un bâtiment intelligent et parfaitement adapté à la demande initiale et aux besoin des utilisateurs. Issu d’une génération charnière “avant l’informatique et les téléphones portables”, David Fargette a connu le travail manuel, les collages, le développement des photographies en labo et les maquettes en carton. Même si aujourd’hui la manière de produire les dessins à évolué, et que l’atelier d’architecture a complètement intégré le numérique à sa méthode de travail, il continue de dessiner à la main avant d’élever ses créations en volume sur les logiciels.

Les projets

Centre d’entretien et d’intervention, Cussac-sur-Loire

« On a essayé de mettre du beau et du pratique dans du fonctionnel ». Pour les architectes de l’atelier David Fargette : « chaque projet est important et doit être traité avec attention ». Le CEI implanté aux Baraques, sur la commune de Cussac-sur-Loire, est utilisé pour l’entretien des routes en hiver, et intègre un espace de bureaux, mais aussi des garages, ateliers et abris à sel, une aire de lavage, une station-service, une déchetterie couverte, et des cases à matériaux. L’enjeu premier était de concevoir un ensemble de bâtiments sécurisé, et capable de résister aux chocs et à l’usure du temps. Ces derniers sont composés de volumes simples, agrémentés d’une ossature bois. Pour éviter un vieillissement prématuré de l’ossature, l’agence d’architecture a intégré un soubassement en béton et un bardage en bois prégrisé avec des pièces de charpente peintes en noire. Un bandeau de lumière en polycarbonate permet d’éclairer naturellement l’intérieur des ateliers sans risque d’éblouissement, et diminue la consommation d’énergie du bâtiment, équipé de panneaux photovoltaïques.

 

Centre d’entretien et d’intervention, Saint-Martin-de-Queyrières

Le terrain choisi pour ce projet, proche de la N94 de Briançon, est un plateau balayé par les vents dominants du Nord. Pour le confort des usagers, l’enjeu était surtout de réaliser une cour fermée afin se protéger des intempéries et d’éviter les accumulations de neige et de glace devant les portes de garages. L’Atelier David Fargette a ainsi suivi la logique d’inscription dans le site en utilisant la topographie du terrain pour la zone de viabilité hivernale.
Le projet répond à une démarche environnementale, par la compacité des volumes, l’utilisation des matériaux, et en privilégiant les apports solaire. La zone administrative est un bâtiment à énergie positive «BEPOS» (capable de produire plus d’énergie que ce qui est consommé). Le bâtiment s’insère dans le site par sa volumétrie simple et son choix chromatique de matériaux en lien avec l’environnement. Chacun des matériaux a été choisi pour sa qualité, sa résistance et sa faible demande d’entretien afin de limiter les charges de maintenance du bâtiment.

Cabinet dentaire, Bains

Un projet “carte blanche” pour ce cabinet dentaire ! Sur ce projet, l’atelier David Fargette à eu l’occasion d’expérimenter pour la première fois le bardage bois noirci sur ce chantier afin de protéger et prévenir le vieillissement du bâtiment. Tout en respectant les exigences liées à la construction d’un bâtiment médical et au respect de toutes ses normes, la salle de stérilisation, située au centre du bâtiment, reprend sa forme toute en courbes, et s’habille elle aussi d’un bardage, réalisé dans un bois plus clair.