Marko est venu nous rendre visite à la Turbulente pour nous raconter son parcours, sa vie marquée au sceau de la musique et sa rencontre avec la ville du Puy-en-Velay.

Pour ce ponot d’origine Serbe, la musique est avant tout une affaire de famille. Ses parents tous les deux professeurs de musique lui ont inculqué très tôt l’amour de cet art « J’ai appris avec mes parents, j’ai été bercé toute mon enfance par la musique » nous confit-il. C’est donc tout naturellement qu’à 14 ans il rentre dans un lycée musical et qu’il fait ses premiers concerts à 16 ans. Deux ans plus tard, il enregistre son premier album de rock progressif.

Cette expérience lui offrira l’opportunité de goûter à la vie de musicien, et de passer à la télévision et à la radio yougoslave à l’époque. L’amour de cette vie le poussera à arrêter ses études pour jouer avec plusieurs orchestres en Russie, en Suisse, en Serbie…Il ira même jusqu’en Afrique. En tout et pour tout, Marko aura passé 40 ans sur la route de la musique « J’ai eu la chance de jouer avec de très bons musiciens à travers le monde ». Il évoque tout ce que ses voyages lui ont apportés : la rencontre de nouvelles personnes venues de tous horizons, la confrontation de cultures différentes de la sienne…

L’un de ses voyages l’amènera au Puy en Velay, en 1999, pour rejoindre sa sœur. Ici il rencontrera celle qui deviendra son épouse et la mère de son fils et s’y installera pour de bon. Au début des années 2000, il commence à jouer du piano au Majestic, ou avec le Melting’Potes, un ensemble musical qu’il crée avec des amis et sa sœur (Nina Pal-Markovic, enseignante de musique au Puy en Velay).

Quand on lui demande qu’est-ce qui le fait rester au dans cette ville après tant d’années passées sur la route et tant de voyages, il répond simplement : « J’adore cette ville, ce n’est pas moi qui l’ai choisi c’est elle qui m’a choisi ».

Quand il s’agit de souvenirs marquant liés à sa carrière, il évoque avec joie des ascensions de pistes de ski en moto-neige pour se rendre à un concert, des croisières en mer sur lesquelles il était pianiste, ou plus récemment des concerts inoubliables donnés en Italie, près de Turin avec le Melting’Potes. Ce pianiste, chanteur, auteur-compositeur de talent joue aussi de la guitare, de la flûte traversière et des percussions. Lorsqu’il Il s’agit de décrire son style, il évoque le piano-voix, parfois la musique électronique mais avoue être plutôt éclectique. Malgré ses nombreux talents et ses expériences de la scène, il avoue préférer les petites salles, créer une certaine intimité avec son public, plutôt que les grands concerts. La possibilité de devenir professeur de musique s’était présentée à lui, mais il a choisi la liberté de voyager. Marko repart de temps à autres en Serbie mais jamais pour très longtemps, ses concerts étant prévus en Europe et ailleurs. De ses nombreux voyages, de la Russie au Maroc, en traversant toute l’Europe de l’Est, Marko à plus que tout aimé utiliser sa musique comme un « langage universel », un moyen d’expression devenu évident, vital !